Quelles formes juridiques pour une jeune entreprise ?

Toute personne voulant créer sa propre entreprise doit faire face à un choix crucial. Celui de la forme juridique de son entreprise. La structure juridique choisie a des conséquences au regard du partage du capital entre les associés et de leur responsabilité financière. Cela définit également le régime fiscal de l’entreprise ainsi que le régime social du dirigeant. Pour ces raisons, il est donc important de faire le bon choix. EURL, SARL, SA… les possibilités sont nombreuses. Si vous ne savez pas laquelle choisir, poursuivez cet article pour en avoir plus d’informations.

L’entreprise individuelle ou EI

Avoir une forme juridique entreprise est une étape très importante d’un projet de création d’entreprise. Cela permet à la société d’exercer son activité en toute légalité. Une Entreprise Individuelle ou EI est une forme juridique souple qui sert principalement à protéger votre patrimoine personnel. Il vous permet en quelque sorte de ne former qu’un avec votre société.

Vous serez parfaitement libre de gérer votre bien selon vos envies, vos attentes, etc. Vous n’aurez pas de compte à rendre à qui que ce soit étant donné que vous êtes le seul maître, le seul dirigeant de votre boîte. Cependant, cela vous engage à être le premier, le seul et l’unique responsable de celle-ci. Dans cette optique, si la société fait face à des endettements, le paiement se fera sous votre responsabilité. Toutefois, vos biens personnels seront confondus à vos biens professionnels. Cela dit, un entrepreneur individuel peut choisir un régime EIRL ou entrepreneur individuel à responsabilité limitée. Cette option permet de délimiter votre bien personnel à celui du professionnel. Vous pouvez affecter un patrimoine à votre activité personnelle. En cas de difficultés, les créanciers professionnels ne saisiront que le patrimoine affecté.

Les sociétés

Les sociétés sont différentes d’une entreprise individuelle. Elles se composent d’une personnalité morale. Autrement dit, l’entreprise existe par elle-même. Cela induit ainsi des formalités plus complexes. Cela dit, pour ce type de statut juridique, vous êtes libre de créer votre société seule ou à plusieurs. L’EURL est par exemple une entreprise qui possède une responsabilité limitée unipersonnelle. Le gérant cotise avec la Sécurité sociale pour les indépendants. Alors que La SARL est une société également à responsabilité limitée qui fonctionne avec plusieurs associés. La SASU ou société par actions simplifiée unipersonnelle, quant à elle, est une entreprise dans laquelle le dirigeant est considéré comme un assimilé salarié. Enfin, la SAS ou société par actions simplifiées possède aussi plusieurs associés, tout comme la SARL.

Le meilleur statut pour une petite entreprise

Pour bien choisir le statut conforme à votre entreprise, il faut évaluer certains points. Allez-vous exercer votre activité à titre secondaire ou principal ? Aurez-vous des associés ? Quelle sorte d’activité exerceriez-vous : évolutive ou risquée ? Dans ce sens, si votre activité est à titre secondaire, il est préférable d’opter pour un statut de la microentreprise. Par contre, si vous pensez avoir des associés, vous devez absolument créer une société. Si vous souhaitez bénéficier d’une rémunération mensuelle, l’idéal serait de créer une SARL. Enfin, dans l’envie d’être payé ou rémunéré sous forme de dividendes, il vous est conseillé de choisir une SAS comme forme juridique entrreprise.

Qu’est-ce que le prévisionnel financier ?
Comment identifier ses futurs concurrents ?